Discuter, oui, mais en tête à tête…

15/04/2013

Autre particularité mal comprise des autislandais, la difficulté à discuter en groupe.

L’autislandais a besoin d’épuiser toute conversation mais sans changer continuellement de sujet, sans passer d’une thématique à un autre à la moindre occasion. Et, si possible, en évitant de multiplier les intervenants…

Ce qui nous semble en France, en Espagne, la norme d’une bonne conversation qui ne cesse de basculer d’un sujet à un autre est une réelle souffrance pour eux.

Bref, prenez le temps de rentrer dans le sujet et de répondre point par point sans vous dérober à toutes les questions qui vous seront posées sous peine de les contrarier. Voire de les inciter à devenir mutiques.